lundi 12 août 2019

Trois regards sur le 10ème Symposium Mondial Urban Sketchers à Amsterdam

 [ par Marion Rivolier, Carnets d'Agnès et Mat Let ]


Le 10ème symposium international Urban Sketchers a eu lieu à Amsterdam du 24 au 27 juillet 2019.
Marion, Agnès et Mat vous proposent leur regard sur cet événement.

Le symposium en tant qu'élève, par Mat Let
Le pass pour participer aux workshops demande un vrai investissement financier et j'ai eu la chance de le recevoir en cadeau de la part d'un proche, j'ai donc pu suivre 3 workshops et une démo (enfin presque).
Le premier workshop a été celui de Santi Sallès, intitulé "Green Microsketching". J'ai adoré cet atelier car Santi nous a vraiment permis d'entrer dans sa technique via des exercices simples et grâce à son sens du partage : il nous a carrément donné ses tubes de peinture et ses secrets de mélanges pour obtenir les couleurs si vives et contrastées qu'il utilise. De plus, l'idée du microsketching est géniale : faire de petites cases permet de dessiner vite et donc beaucoup (alors que les arbres sont si complexes) et cela donne l'impression qu'une histoire se raconte au fil de la page.
Je n'avais eu le temps de faire que 3 cases pendant le workshop, j'ai donc continué sur ce même mode au fil de la journée pour obtenir une planche complète dont je ne suis pas peu fier !

Dès le second jour la fatigue a commencé à se faire sentir : la veille, j'ai passé ma journée à arpenter la ville sous le cagnard pour retrouver tel ou tel groupe de copains... 15 kilomètres sous 38 degrés, ça use les neurones !
Mais ma motivation était tout de même au top pour le workshop de Johanna Krimmel, qui nous invitait à dessiner l'eau des canaux et l'acier des ponts à l'encre de Chine.
La puissance des contrastes de Johanna est impressionnante, tout comme sa capacité à créer des textures en utilisant son pinceau de différentes façons. Avec un pinceau presque sec, elle donne par exemple à un aplat une texture de mur de pierre en un instant !
J'apprécie le workshop et en sors avec l'envie de continuer, je retrouve donc Juan Carlos au bord d'un canal pour dessiner une nouvelle vue, tranquillement, à l'ombre... Et je m'aperçois plus tard que je viens de rater la démo d'Hugo Costa, que je croyais être le lendemain... ah bravo !



Pour mon dernier workshop, j'ai voulu faire des découvertes et j'ai donc suivi celui de Róisín Curé, sur l'encre sépia et le Fude pen, un stylo plume avec une pointe inclinée à 55 degrés (qui a l'air d'être cassé en fait !).
En ce troisième matin, mes batteries sont vraiment à plat, mais finalement, je me sens très à l'aise avec ces nouveaux instruments et la proposition de Róisín de dessiner la statut de Rembrandt. Après tout, ce n'est pas si souvent que je dessine des gens qui ne bougent pas !
Evidemment, je continue à dessiner comme ça au long de la journée.

Je rentre donc du symposium éreinté mais bien content de tout ce que j'ai pu apprendre : mes arbres vont certainement être plus beaux et mes croquis plus variés grâce à l'utilisation de l'encre de Chine et du sépia, que j'ai bien l'intention d'intégrer dans mes croquis quotidiens !


Le symposium en tant qu'instructeur, par Marion Rivolier
Jour 1 : arrivée et prépa des Workshops
Amsterdam est mon cinquième Symposium en tant qu’instructeur. Je commence à avoir l’habitude mais il reste toujours un peu de stress sur la prépa et la localisation du workshop. Je vais donner trois fois le même atelier et faire une démonstration durant les 4 jours.
Dès mon arrivée, je suis allée voir mes deux localisations, après analyse à la boussole de la marche du soleil, j’en ai conclu que l’une d’entre elle serait en plein soleil le matin et qu’il fallait l’oublier car la canicule est prévue pour les prochains jours. Je fais donc ma préparation depuis la rive en face du Jardin Botanique et sa serre. Je travaille entre le ciel et l’eau pour exprimer le flux urbain... le ciel est un peu pauvre et le sera pendant les prochains jours, donc je m’adapte pour donner plus d’importance aux mouvements de l’eau et à leur dialogue avec la serre.
Je m’entraîne aussi pour la démo en me disant que ce sujet mouvant est vraiment difficile...
Puis je vais au premier Drink (sans Draw) à Amstelhoeck pour retrouver les amis.


Jour 2 : Faculty Tour chez Royal Talens
Pour continuer mon entraînement, j’ai peint le matin l’un des canaux près de Zuiderkerk, les reflets sont merveilleux.
Tous les instructeurs et le board se retrouve à Zuiderkerk pour la première réunion d’accueil puis nous filons prendre le car pour aller à l’usine Royal Talens à Apeldoorn. Avec Charline, nous découvrons l’ampleur de notre « goodie bag » : des aquarelles, des crayons des feutres des carnets, de tous les sponsors de cette année, c’est à la fois magnifique et trop ! Nous n’arriverons jamais à ramener puis à utiliser tout cela ...


À Apeldoorn, l’accueil est chaleureux et généreux avec des sandwichs et des boissons puis découverte en petits groupes des procédés de fabrication des peinture pastels et crayons des divers marques de Royal Talens. Photo interdite mais dessin (en marchant) autorisé ainsi j’essaie de capturer la beauté des pigments que l’on nous présente ( des dizaines de sacs remplis de couleurs pures, j’en bave d’envie...), ensuite les grandes cuves dans lesquelles on les mélange puis les broie, cette matière brillante et onctueuse est d’une puissance colorée indescriptible ; on navigue entre Anish Kapoor et les expansions de César, je voudrais pouvoir y passer des jours pour tout peindre! Le dernier espace est consacré à mettre en tube et à emballer les produits, toutes les machines sont différentes, les ouvrier.e.s transportent les mélanges, les renversent dans de grandes cuves , ils vérifient les tubes, etc.
Maintenant il s’agit de mettre en pratique et de tester les différents produits : encre Ecoline, aquarelle Van Gogh, crayons de couleurs Bruynzeel, et feutres noirs et blancs. On s’amuse à se dessiner les uns les autres, c’est fun mais il commence a faire vraiment chaud...
Il est temps de prendre le bus pour retourner à Amsterdam pour le pot d’ouverture du Symposium.
C’est à ce moment là que l’on se rend compte du monde qu’il y a : 550 inscrits, plus de 100 personnes pour le staff dont 60 bénévoles locaux qui nous aideront tout au long de la semaine.

Jours 3, 4 et 5 : Workshops et démo

Pour les instructeurs, le temps du Symposium est celui de l’enseignement et non celui du dessin... nous n’avons pas une minute à nous entre les différents rendez-vous pro et les Workshop et démo. Parfois, on n’a pas vraiment le temps de manger, je crois que j’ai sauté 2 ou 3 dîners cette année.
Il faut aussi faire avec les conditions météo, la canicule nous empêche presque de respirer l’après-midi... la démo de vendredi se passe pour moi sous cette chaleur écrasante, avec pas mal de difficultés, ce n’est pas simple de rester concentrée sur la peinture alors que l’on parle en même temps...
Ce n'est qu'à partir du dimanche que je commence à travailler pour moi.



Le symposium en off, par Carnets d'Agnès

Le souvenir que j’avais d’Amsterdam me donnait très envie d’y retourner. Juste pour participer à ce grand événement international réunissant les plus grands sketchers de la planète. Je suis logée par chance en plein cœur de ville, pile en face de la fameuse église Zuiderkerk, centre névralgique de ces cinq jours d’effervescence.

La ville est superbe mais la canicule suffocante. Dans le quartier de Spui (prononcer Spou), nous découvrons le jardin de Begijnhof, petit havre de paix composé de maisonnettes habitées par des femmes. Hormis un nombre important de touristes, sont déjà installés de nombreux sketchers concentrés. On nous pousse pour se poser là où la place est la plus croquegénique… J’attaque la façade d’une maison de briques et sa porte jumelle bordée de fleurs. Le ton est donné, les maisons ici sont toutes en briques, j’adore. Nous ne restons pas trop longtemps, car l’arbre magnifique sous lequel je suis installée déverse des quantités de mini moucherons piqueteurs.



Le lendemain, les températures ne sont pas tombées mais la ville est attrayante avec ses maisons de travers et ses vélos. Je choisis une petite rue au calme et, bien calée à l’ombre des arbres, croque les vélos du premier plan, empilés les uns à côté des autres. Chacun sa méthode pour retrouver son destrier : une sonnette originale, un couvre-selle maison, une roue de couleur, un cadenas personnalisé… Je peins les maisons du fond et les vélos apparaissent en négatif, je laisse comme ça mon dessin, d’autant que je me suis mélangé les pinceaux dans les roues, les selles, les pédales et les guidons… un vrai casse-tête !


Les propositions de sketchwalk sont bienvenues, nous décidons d’en suivre un vers Jordaan, quartier calme et préservé. Je pose mon pliant sur un petit pont recouvert de verdure ensoleillée, d’où pointent trois clochers superbes. Les commerçants voisins sont sympas et se mettent à plusieurs pour identifier cette église, c’est finalement la chocolatière qui trouve : Posthoornkerk !
Bilan du symposium, j’ai croisé de nombreux sketchers connus, suivis, admirés et me suis sentie comme une fan cinéphile au festival de Cannes ! Pas sûre d’être présente à Hong Kong l’an prochain, alors j’étais heureuse de participer à cet événement exceptionnel.