lundi 29 octobre 2018

Boulogne-Billancourt passé et présent

[ par Annick Botrel ]



Dans mes pérégrinations autour de chez moi, je suis tombée sur cette petite bicoque. Enchâssée entre des immeubles modernes, elle résiste encore la modernisation du quartier. Jusqu'à quand ? Elle est sans doute un vestige de l'activité de blanchisserie de la ville. En tous cas, ce contraste surprenant m'a beaucoup ému.


Autre quartier, autre genre. L'espace Landowski, construit dans en 1990, est un clin d'œil au passé architectural des années 30. Son avancée en forme de proue de paquebot ressemble à la Villa Ternisien construite par Pingusson en 1936.


Un air de ressemblance aussi pour l'Angle, ex-bâtiment de l'Equipe, construit en 2008 dans le nouveau quartier du Trapèze. 


Et voici l'inspirateur des deux précédents immeubles. Rien ne se crée, tout se transforme !

lundi 22 octobre 2018

Quand la place des Peupliers est rebaptisée

[ par Carnets d'Agnès ]



Incroyable qu’en ce mois de septembre la température soit encore digne des grands étés ! Ça fait un bien fou et on en profite pour emmagasiner un max de soleil avant les jours gris…

Je choisis cette jolie place que je connais pour y être passée à quelques occasions, notamment avec mon fils, que j’avais accompagné dans la petite clinique pour un IRM du genou droit… Ce quartier regorge de pépites architecturales et j’avoue qu’il est difficile de choisir ! Néanmoins, je préfère m’abriter sous un arbre, à l’ombre, et choisis de déployer mon mini siège contre le square du centre de la place. Au n°7, une petite maison gracieuse, élégante, avec ses grandes fenêtres arrondies, son joli toit d’ardoises, attire mon attention. Voilà, c’est elle qui me choisit. En plus, elle est déjà encadrée : un réverbère parisien à sa gauche, un arbre presque effeuillé à sa droite (parce qu’il a beau faire grand soleil, les feuilles commencent à se disperser). Cela me fait un joli « cadre de circonstance ».
Le square émet des rires d’enfants, des papotages de mamans, et toutes ces bribes me bercent… Je commence par un petit croquis sur mon carnet. En noir et blanc. Avec un petit plan, car j’adore l’idée de cette étoile et toutes ces rues qui en partent… ou y arrivent…

Très vite, j’ai envie de couleurs. Je passe au grand format. Des enfants bien élevés passent et demandent l’autorisation de regarder, ce que j’accepte bien évidemment. Ils aiment, vérifient quand même si j’ai bien tout mis, le nombre de fenêtres, leurs petits carreaux, les branches de l’arbre… et valident.
Au moment de mettre la légende et la petite explication que j’aime ajouter, surprise : je découvre que cette place créée en 1910 n’est pas la Place des Peupliers comme je l’appelle depuis que je la connais, mais la Place de l’Abbé Georges Hénocque, aumônier et résistant pendant la seconde guerre mondiale ! En plus d’avoir pris du plaisir, je m’instruis… et j’en apprends tous les jours. Quelle chance !

Et si je revenais sur cette place ? Et si je proposais à tous les Urban Sketchers Paris de s’y retrouver? Quelle bonne idée…

lundi 15 octobre 2018

Outdoors at lunchtime in Courbevoie

[ par Oludotun Fashoyin ]




At a USK Paris outing at Ground Control in early May, I met Stéphanie, a fellow sketcher. There was one particular thing that I learned during our encounter: we both worked in the Courbevoie part of the la Défense area. Our workplaces were barely 150 meters apart. Then came the obvious question: why not meet to sketch at lunchtime in the area?

Our first meeting took us to the park named Square Henri Regnault. Inaugurated in 2013, this park was designed in close coordination with the residents of the three apartment buildings that surround it. Stephanie and I found a suitable spot for drawing on a bench that laid in the shade beside central pathway linking both entrances to the park. In spite of the numerous plum, maple, and ash trees around, what caught my eye was a lamppost along the pathway amidst a background of skyscrapers.



One of my next meetings with Stéphanie took place in Parc du Millénaire. It was summertime, and we got to witness how popular the park was. Between groups of kids taking part in games with -- and without -- adult supervision and teams of employees having picnics on the wide-open, oval lawn, the park was abuzz with life. While Stephanie took to a sun-drenched bench directly facing the lawn, I took refuge in the shade of trees across the lawn, close to the playground. Branches and trees all over the place, I decided to outline them so that I could focus on the landscape below.



My last sketching entry into parks in Courbevoie close to work was a solo trip to Parc Jacques Cartier. No stranger to picnickers like Parc du Millénaire, this park affords an equally leisurely vibe, with its installations of musical instruments immediately available to visitors. Among the ensemble you can find five tom-tom drums, an xylophone, and a carillon. Naturally, I resisted the temptation of creating music to sketch a view of the Faubourg de l'Arche neighborhood in the background from a secluded and shaded park bench.

I must credit Stéphanie for this foray into sketching in Courbevoie, as well as for her encouragements in using ink directly without making pencil outlines beforehand. Lunchtime at work has since become a nice opportunity to capture the environment around me through art.

.................................

Après avoir fait connaissance de Stéphanie, une sketcheuse parisienne qui comme moi travaille à Courbevoie, j'ai sauté sur son invitation de passer des pauses déjeuner à dessiner ensemble dans "notre quartier". Nos sorties nous ont amenés à découvrir des espaces verts qui embellissent notre cadre de travail dans la partie ouest de la ville. Ensemble, nous avons visité le square Henri Regnault et le parc du Millénaire, avant que je tente l'aventure en solo dans le parc Jacques Cartier. De la fin du printemps jusqu'au début de l'automne, j'ai réussi à trouver des coins à l'ombre et à l'abri du monde pour achever trois croquis. Se retrouver à quelques pas du travail pendant l'heure du déjeuner pour croquer, ensemble ou seul, me permet non seulement d’oublier temporairement le travail, mais aussi d'apprécier un peu plus l'environnement qui m'entoure, où des gens prennent plaisir à jouer, à pique-niquer, ou tout simplement se reposer.

lundi 8 octobre 2018

Le 61ème SketchCrawl, c’est samedi 20 octobre au Musée Rodin de Meudon

[ par Urban Sketchers Paris ]


[aquarelle de Marion Rivolier ]

Le groupe Urban Sketchers Paris a été invité par le Musée Rodin de Meudon à dessiner le samedi 20 octobre. C’est la résidence et atelier d’Auguste Rodin avec ses œuvres exposées dans des intérieurs rénovés. Elle se situe au 19 avenue Auguste Rodin - 92190 Meudon.

RDV à 13h : pour un pique-nique tous ensemble dans le parc du Musée. Puis nous pourrons visiter et dessiner dans les différents lieux : la maison de Rodin, la magnifique galerie des plâtres, l'atelier des Antiques et bien-sûr, le parc. Prévoir son pique-nique car il n’y a pas de café sur place. En cas d’intempérie, nous pourrons nous retrouver pour déjeuner (vers 12h) à "L'araignée au plafond", 3 Avenue Paul Bert, 92190 Meudon, entre le RER C et le musée.

RDV à 17h30 : pour partager nos dessins, boire un verre et échanger, nous nous retrouverons au Café bar "Le Percy" à l’angle de la rue des Monts et de l’avenue Henri Barbusse (juste à côté de l’arrêt de bus 190 pour Mairie d’Issy les Moulineaux)

Pour venir au musée :
R.E.R : Meudon Val Fleury (ligne C)
puis bus n°169 (arrêt Paul Bert)
Métro: Mairie d’Issy (ligne 12)
puis bus 190, 290, 169 (arrêt hôpital Percy)


Ce rendez-vous est gratuit et ouvert à tous, alors retrouvons-nous nombreux !


[photo et aquarelle de Marion Rivolier ]

The Urban Sketchers Paris group was invited by Musée Rodin de Meudon to draw on Saturday, October 20th. It is the residence and studio of Auguste Rodin with his works exposed in renovated interiors. It is located at Auguste Rodin Avenue 19 - 92190 Meudon.
Meeting at 13h: for a picnic all together in the park of the Museum. Then we can visit and draw in the different places: the house of Rodin, the magnificent gallery of plasters and of course, the park. Plan a picnic because there is no café on site. In case of bad weather, would have lunch in "L'araignée au plafond", 3 Avenue Paul Bert, 92190 Meudon, between the RER C and the museum. 
Meeting at 17h30 : to share our drawings, have a drink and exchange, we will meet at the Café bar Le Percy at the corner of the Rue des Monts and avenue Henri Barbusse (right next to the bus stop 190 for Mairie d'Issy les Moulineaux) 

To come to the museum: 
R.E.R: Meudon Val Fleury (line C) then bus n ° 169 (Paul Bert stop) 
Metro: Mairie d'Issy (line 12) then bus 190, 290, 169 (Percy hospital stop) 

This meeting is free and open to all, so let's meet again next Saturday!

lundi 1 octobre 2018

Alex, un américain à Paris. Première rencontre

[ par Alex Hillkurtz. Propos recueillis par Brigitte Lannaud Levy ] 




Sur la toile, ses dessins élégants de la capitale n'ont pas pu vous échapper. Son style, son trait, sa touche, sa palette, ses sujets sont reconnaissables entre tous. Et surtout il saisit Paris sur le vif au rythme soutenu d'un visiteur qui en est tombé amoureux. Il s'appelle Alex Hilkurtz, il est anglais de naissance mais vit depuis toujours sur la côte ouest des Etats-Unis. Nous sommes nombreux à suivre son travail. Très actif sur les réseaux sociaux, il y est généreux en échanges et vient tout juste de dépasser les 25.000 followers sur Instagram. En séjour longue durée à Paris, nous saisissons cette opportunité pour le rencontrer et lui demander de nous rejoindre dans le groupe Urban Sketchers Paris pour partager sur notre blog: son regard, sa pratique, ses réalisations. Nous nous rencontrons café de la Mairie place Saint Sulpice. Et comptons bien le suivre au fil des mois, de dessin en dessin.

Brigitte : Ce premier croquis d'un immeuble de la rue Soufflot que tu nous présentes aujourd'hui est celui de ta carte de visite. En quoi est-il emblématique de ton travail? 

Alex : Cela fait 25 ans que j'oeuvre dans le cinéma en tant que "story-board artist " à Hollywood. Dans cette pratique professionnelle je croque surtout des scènes de personnages en action. Pas moins de 40 réalisations par jour, ce qui est une astreinte et une pression très forte. La cadence est lourde. Aussi quand je dessine pour mon plaisir, c'est l'architecture qui me passionne avant tout. En particulier celle de Paris que je trouve très belle. M'y consacrer, en prenant mon temps est récréatif. C'est presque méditatif pour moi.

Brigitte : Pourquoi ce bâtiment précisément?

Alex : Il est typique de l'architecture parisienne. Dans ce cas précis, c'est plutôt la lumière dans laquelle il baignait qui m'a attiré. Cette ombre portée de l'immeuble en face qui semblait monter tout doucement d'étage en étage, m'a interpellé. Cela m'a plu de saisir cette fin d'après midi où la clarté s'estompe tout doucement.

Brigitte : On remarque un léger réhaut blanc sur la façade et dans le ciel.

Alex : Oui car le papier que j'ai choisi est teinté. Du coup j'utilise un crayon de couleur blanche qui me permet d'éclaircir mon croquis, de lui apporter de la lumière.

Brigitte : Sur beaucoup de tes dessins, comme sur celui-ci, il y a ce cercle brun et ces éclaboussures immédiatement reconnaissables comme une signature. Peux-tu nous en dire plus? 

Alex : J'aime souvent dessiner depuis les terrasse de café autour d'un double expresso ou d'un crème. Cette marque est celle du café que je viens de déguster que j'imprime sur le papier avec le fond de ma tasse une fois mon croquis fini. Je trouve que cela donne vie à mon dessin, ça immortalise le moment que je viens de passer. Je ne l'utilise pas toujours. C'est le dessin lui même qui réclame d'être estampillé de cette façon ou non. Parfois je vais jusqu'à tremper mon pinceau dans le marc de café pour ombrer mon dessin. C'est aussi une façon de ne pas trop me prendre au sérieux, comme un clin d'œil au moment présent.



Avant de nous quitter Alex nous confie cette citation d'Edgar Degas qui lui tient particulièrement à coeur et qu'il aime partager: " L'artiste ne dessine pas ce qu'il voit, mais ce qu'il doit faire voir aux autres".
Rendez-vous pris le mois prochain, pour parler de sa palette.