lundi 13 août 2018

Un détour par St Germain en Laye pour le 60ème SketchCrawl

[ par Agnès Selles ]




Après être partie en vacances dans le parc du Mercantour et avoir dessiné des paysages de montagne et des petits villages, il est difficile de revenir en région parisienne et de retourner à des sujets plus urbains.
Heureusement le 60ème Sketchcrawl était prévu hors de Paris à St Germain en Laye. Et là, l'immense terrasse du parc du château m'a permis de me replonger dans une ambiance verte et dégagée.


Puis c'est à l'ombre des arbres que je me suis installée, ainsi que de nombreux autres sketchers, pour me lancer sur un sujet plus architectural : le pavillon Henri IV (bâtiment à gauche), seul vestige de l'ancien Château Neuf. C'est aujourd'hui un hôtel-restaurant.

Peu à peu je me suis rapprochée de la ville pour me lancer finalement dans un croquis du château. Un sujet beaucoup moins végétal !
Au final, une journée de transition en douceur pour retrouver bientôt des sujets plus parisiens.

jeudi 9 août 2018

Une rencontre estivale à la Miroiterie

[ par Sophie Voisin ]


dessin de Sophie Voisin

Un samedi caniculaire, à 14h, les sketchers parisiens avaient rendez-vous à la Miroiterie.
Pas grand monde en ce début d’après-midi sur la friche urbaine du 88 de la rue de Ménilmontant : les enfants font la sieste et l’apéro du soir est encore loin. Le lieu est donc tout à nous.
Avant même de chercher le sujet à dessiner, il faut trouver la flaque d’ombre qui protégera de la cuisson immédiate. Agnès et Flore se sont assises sur les palettes branlantes recouvertes de pelouse synthétique qui longent la palissade. D’autres s’assurent la solidité des chaises en bois d’écolier et l’ombre des tentures colorées.

A gauche : dessin de Jean Mauferon.                                                                                    A droite : dessin d'Anne Weber

Près de nous une garderie accueille les petits, permettant aux parents de boire un verre tranquillement. C’est en tout cas ce que la jeune femme qui s’en occupe tente d’expliquer aux mères inquiètes qui lâchent difficilement leur progéniture.
A l’entrée, des artistes s’affairent sur une fresque collaborative : perchée sur une échelle, l’une colle des plaques de mousse végétale sur un mur tandis que l’autre, armé d’un aérographe, le recouvre des couleurs de l’arc-en-ciel. La douce musique du compresseur n’altère en rien la concentration de nos dessinateurs.
Les croqueurs sont croqués et les outils, variés : pendant que Jean dessine un masque au pinceau feutre, Anne dessine Jean au bic.



Vers 17h, tout le monde se retrouve pour le rituel échange de carnets. La foule commence à arriver. Il est temps de nous éclipser.
Encore une belle journée !

lundi 6 août 2018

La Joie de Paris / Joy of Paris

 [ par Claire Archenault ]



Ces derniers jours ont été happés par la pleine lune et la coupe du monde de foot .
Dans ces moments transparents, exceptionnels, et très hauts en température, j'ai croqué avec mes moyens, la diversité et la joie des gens cela se passe tout près de chez moi, assise en haut des marches de l'escalier de la rue Villiers de l'Isle Adam, des musiciennes et un percussionniste viennent enchanter ce premier jour de l'été

Quelquefois, j'ai la nostalgie, c'est alors Mozart ou Rakmaninoff qui m'enseignent une simplicité de gestes, une vibration… merci à KiyokoYoshimura et Isabelle Leterrier de m'avoir emmené, grâce à leur générosité à peindre pendant leur concert très intime!
Improvisation, pour les graveures de Sfumato, atelier d'Estampes (gravure et lithographie) à Montreuil
Kiyoko Yoshimura, violoniste professionnelle, n'avait pas joué devant un public depuis son accident ...
Isabelle, pratique la flute traversière, mais n'avait jamais joué en public
Le petit noir, en bas est un bronze de Corinne Forget (groupe de chevaux humains) et Kiyoko a décidé d'improviser autour de sa sculpture, un grand moment d'une heure environ si chaleureux.


Ici, c'est un square ordinaire, où les enfants jouent aux jeux d'eau, comme dans tous les squares des grandes villes
J'adore ressentir que j'appartiens à une communauté, ce sont des moments forts quand je prends le pinceau juste pour témoigner sans paroles…
La plupart du temps les gens viennent à ma rencontre, voir m'importunent dans ma tacherie de peintre mais ces moments là sont précieux
Comme tous les croqueurs urbains, j'aime ces dérangements de l'autre, dans la rencontre, l'interpellation, qui me conduisent vers plus de liberté, dans mes gestes, et beaucoup de joie

lundi 30 juillet 2018

D'une rive à l'autre


[ par Annick Botrel ]


De loin, dessus ou dessous, j'aime les ponts. C'est un axe de passage entre deux mondes. A chacun son style et son époque. Ici la passerelle d'Alfortville au confluent de la Seine et de la Marne. Particulièrement laide avec ses poutrelles en béton armé... quoique.... les graffeurs en ont fait un endroit haut en couleurs et plein de créativité ! L'occasion pour moi aussi de tester des apports plus picturaux en regard.



Toujours à Alfortville, une autre passerelle, plus ancienne, où passe le TGV. Une architecture métallique austère qui s'accommode bien du feutre pinceau à encre de chine. Enfin, un autre pont, assez moderne, dont le vert caraïbes ajoute une étrange note exotique à ce panorama urbain sans grand intérêt. Association de verts bien différents.


La Passerelle des Arts, magique avec sa perspective centrale. En premier plan, une femme assise sur le banc faisait opportunément écho à la coupole de l'Institut. Comme quoi un obstacle peut s'avérer intéressant !



Enfin, un canal sur la Marne. Curieusement, moi qui aime les personnages car ils donnent vie à un lieu, sont absents des images.... A refaire avec plus de vie !

lundi 23 juillet 2018

Et voilà, c'est la fin de notre session 2018 de Usk10x10!

[ par Urban Sketchers Paris ]



Pour le Cours n°9 #usk10x10, intitulé, "Arbres et végétation dans la ville, faire vibrer les contrastes colorés", c'est Marion Rivolier et Anne Carles qui ont convié les participants à peindre au Jardin des Plantes à Paris.
Le cours a commencé par un échauffement au pinceau : apprendre à mélanger ses couleurs et à créer une gamme de verts, du jaune au brun! Et commencer à identifier des verts chauds et des verts froids. Nous avons aussi essayé des crayons de couleurs aquarellables offerts par Faber-Castell qui nous a accompagné tout au long de cette session 2018. Merci beaucoup!



Puis nous avons expérimenté les contrastes de température, chaud/froid pour donner à voir des grandes masses arborées. Après la réalisation d'un cercle chromatique rapide pour identifier les contrastes de couleurs complémentaires, chacun a travaillé sur le rapport de la végétation et de l'architecture.


Super groupe, merci à tous!


Le dimanche 24 juin, c'était la dernière séance de l'année : "Comment capturer le ciel?"
Ou comment aborder un dessin par le ciel peut changer notre perception de l'espace et du paysage urbain. Marion Rivolier et Delphine Priollaud Stoclet ont donné ce cours à La Défense : les tours offrent une très belle découpe du ciel. Les premiers exercices consistaient à apprivoiser ce ciel et à le mettre en scène en valeurs et en couleurs.
Puis il s'agissait d'exprimer les tours, non par la perspective ou la construction, mais par les reflets du ciel. Ce n'était pas simple, mais cela a donné des résultats vraiment intéressants!


L'équipe des Usk10x10 2018, Mario, Delphine, Anne et Laurent, remercient les stagiaires de cette année pour leur participation et leur attention. Nous avons bravé la neige, évité les orages et pris quelques coups de soleil mais nous avons partagé des conversations intéressantes et de jolis moments.

lundi 16 juillet 2018

Le 60ème SketchCrawl, c'est le samedi 21 juillet à Saint-Germain en Laye!

[ par Urban Sketchers Paris ]


                                 [ jardins du château de Saint Germain en Laye, aquarelle de Marion Rivolier ]

Le 60ème sketchcrawl aura lieu le samedi 21 juillet à Saint Germain en Laye.

Pour vous rendre dans cette sympathique ville de banlieue où il y a plein de choses à dessiner, le plus simple est de prendre le RER A direction Saint Germain en Laye jusqu'au terminus.
Quelques informations sur la ville et la région alentour par ici.

Rendez-vous pour un petit café à 10h30 au café La Petite Terrasse du Parc qui est située dans le parc du château : à la sortie du RER, rentrer dans le parc par l'entrée principale et se diriger vers la terrasse en laissant le château sur la droite, le café est au bout de l'allée

Nous proposons de passer la matinée dans le parc où il y a pas mal de choses à dessiner (vue sur la Défense au loin, la Seine, la forêt...)

13h : pique nique Toujours à la Petite Terrasse.
Pour ceux qui souhaitent acheter leur nourriture sur place, il y a à côté de la sortie RER un monoprix avec un petit rayon sandwichs et salades... et juste à l'entrée de la zone piétonne qui commence à côté de la grande église il y a un point de vente de sandwichs sur la droite.

Pour l'après-midi, vous pouvez dessiner le château (l'accès à la très jolie cour est gratuite) qui peut servir de refuge en cas de pluie (Musée National de la Préhistoire - 5 euros) ; les rues piétonnes de la vieille ville ou aller jusqu'au Musée Maurice Denis.

Rendez-vous final à 17h au café Le Soubise sur la grande terrasse juste devant le château.

Ce rendez-vous est ouvert à tous, gratuit et sans inscription. Soyez les bienvenus avec votre matériel pour une heure ou une journée de dessin et de partage!


60th Sketchcrawl will take place on Saturday July the 21st in Saint Germain en Laye which is a nice suburb town in the west of Paris.
To go there you can take the Line A of RER until the end of the line; The train arrives just in front of the beautiful castle.
First meeting 10 : 30 AM in café located in the castle park : take the main entrance leaving the castle on the right, go toward the terrace, the café is there.
For lunch, we will have a picnic at 1 PM at the same place
In case of rain, we will draw inside the castle which is a prehistory museum (entrance is euros)
Final meeting at 5PM in Le Soubise, a café located in front of the Castle


[ Dessin de Nannette Cazaubon, cour piétonne à Saint Germain en Laye, dessin à la plume et brou de noix, aquarelle + gouaches, sur papier gris Strathmor ]

lundi 9 juillet 2018

Jardins éphémères à la Cité Internationale

[ Par Anne Weber ]



Toujours à l’affût de nouveaux lieux à dessiner, un article sur un site internet a piqué ma curiosité : la Cité Internationale organise la deuxième édition du festival « Jardins du monde en mouvement » .
Profitant d’une belle journée estivale, je commence mon exploration de bon matin ; cinq lauréats ont été retenus et leurs projets sont disséminés parmi les Maisons de la Cité.
À la Maison du Japon, des kokedamas (traduire par boule de mousse dans laquelle vit une plante) sont accrochés dans les arbres, l’ensemble est harmonieux  mais l’installation est complètement à l’ombre, je poursuis donc mon chemin
À la Maison de l’Inde, sept totems sont éparpillés, chacun représente un élément du monde vivant (vent, pluie, végétal...), je suis immédiatement attirée par le toit rouge transparent de l'un d'eux qui projette une ombre de la même couleur sur le sol et je sors mes pinceaux...


Trois totems plus tard, je décide de changer d'installation : il y a bien un joli virus du sel (tous les projets sont liés à la défense de l'environnement - contamination des terres arables du Delta du Mékong par les eaux salines en l'occurrence) à la Maison de l'Asie du Sud-Est mais trop peu d'ombre pour supporter la chaleur.
Je m'installe finalement devant l'installation de la Fondation de Monaco : un banc de poissons qui flotte au dessus d'une pelouse qui représente la Mer Méditerranée pour rappeler la fragilité de la biodiversité.
La Cité Internationale est desservie par le rer B et le festival dure jusqu'au 4 novembre.

lundi 2 juillet 2018

Les Parisiens sortent de leurs tannières

 [ par Mat Let ]



- Ah il a fait beau aujourd'hui, mais qu'est-ce qu'on a eu comme mauvais temps cet hiver et ce printemps !
- Ça, depuis le temps qu'on dit que y'a plus de saisons !
- Oui enfin, on nous bassine avec le "réchauffement climatique", moi je dis qu'on devrait appeler ça le "refroidissement climatique" !
- Ah la Jeanine, elle en loupe pas une !!


Paris, c'est le printemps, il fait enfin beau, les mamies sont de sortie et moi aussi ! Leurs expressions, leurs poses sont vraiment parfaites pour un petit croquis et je m'imagine le dialogue ci-dessus tandis que je commence à les dessiner...
Je n'ai qu'une angoisse : qu'elles s'enfuient avant que je n'aie le temps de capter la lumière qui perce entre les feuillages et éclaire superbement la scène. Mais tout va bien, elles ont le temps de vivre et moi celui de m'atteler à l'arrière plan après leur départ...



Autre génération, autre ambiance à la terrasse du Dionis, un bar du XVIIIè où je m'installe pour la première fois. Tandis que le couple à gauche prend le temps de discuter, le groupe de jeunes proche de moi est bien agité : ça parle histoires d'amour et de sexe, ça commande des bières, ça change de place toutes les cinq minutes, on s'interroge sur l'avenir, le statut d'intermittent, les loyers parisiens...
Moi je bois une limonade histoire de décorréler mon taux d'alcoolémie et ma production de dessins. Et puis surtout, je prends le temps de jouer avec le jaune de Naples, le vert de vessie et mon tout nouveau godet de rose opéra pour essayer de rendre la lumière du soir et le mélange entre l'éclairage de la rue et celui du bar.

Croquis fini, je commence à ranger mes affaires. Je n'ai pas trop le courage de montrer le dessin au groupe, parce que je les ai épiés pendant une heure et demi et que j'ai l'impression d'avoir pénétré leur intimité un peu plus que nécessaire... Mais le serveur en décide autrement : voyant mon carnet, il s'en empare et va le montrer aux intéressés, les désignant les uns après les autres.

Résultat, le croquis est apprécié et je pars en leur promettant de leur envoyer un scan du dessin tandis que le patron me demande de mieux choisir mon angle la prochaine fois, histoire qu'on voie son bar !


Par un dimanche après-midi ensoleillé, quand on habite près de Montmartre, quoi de mieux qu'un petit tour au Sacré-Coeur ? L'ambiance est détendue sur la pelouse où les touristes admirent la vue panoramique sur Paris.
Quant à moi je préfère regarder les gens que ce qu'ils regardent et dessiner des faces plutôt que des dos, donc je m'installe à "contre pente". C'est tout à fait inconfortable et absolument pas discret, mais personne ne semble se soucier de moi. Je continuer à voir la vie en rose opéra et décide donc de repeindre le Sacré-Coeur de façon un peu plus gaie !
Quand je cadre ma photo souvenir, je m'aperçois avec satisfaction que mon oeil et mon instinct ne m'ont pas trompé sur les proportions de la basilique. Par contre, je me suis complètement planté sur celles du mur, mais ça personne ne pourra jamais le prouver !
Carnet en poche, je rentre chez moi, de l'autre côté de la butte, en priant les dieux du climat pour que celui-ci reste un peu au beau, au moins pour le salut des Urban Sketchers !

jeudi 28 juin 2018

Le Parc du peuple de l'herbe à Carrières-sous-Poissy

[ par Béatrice Kluge ]



Un article dans une revue d'architecture a attiré mon attention sur ce lieu : "un grand espace vert à proximité de Paris" disait le journaliste. Intriguée, j'étais curieuse d'aller voir par moi-même. Il s'agit d'un parc ouvert en 2016 à Carrières-sous-Poissy (78), à 30 km de Paris (accessible en RER).
Ce grand terrain, 113 hectares situés dans une des boucles de la Seine, est aujourd'hui une "zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique", c'est-à-dire qu'on on y laisse faire la nature.

Il y a là-bas une "maison des insectes" : un musée consacré à ces petites bestioles. On y trouve également un observatoire d'une forme étonnante qui devrait permettre d'observer les oiseaux. Hélas, il n'était pas accessible : impossible d'y grimper et rien n'indique les heures d'ouverture de ce curieux observatoire. De l'extérieur, je me suis posé la question de savoir pourquoi cette construction qui est censée favoriser la vue, avait un côté fermé. De plus, ce côté fermé donne sur la Seine et c'est justement la vue que j'aurais bien aimé dessiner. Bref, je n'ai pas compris.


Dans le passé, il y avait des carrières de graviers, qui ont laissé comme trace un lac artificiel où l'on trouve de petites maisons flottantes à l'usage des pécheurs. Cependant, je ne sais pas s'il y a encore beaucoup des pécheurs. Elles m'ont semblé plutôt être de petites "maisons de campagne". Mais ça donne un certain charme.
Dans ma revue d'architecture, on y parlait aussi de cultures de légumes dans le passé qui avaient dû être arrêtées à cause du sol trop pollué par des industries proches. C'est également une zone inondable, donc non constructible. La réhabilitation de cet espace par sa végétalisation (il a bien fallu quand même l'aider un peu cette végétation ...) en un lieu de promenade-nature est sans nul doute une très bonne initiative.


Mais mon œil de dessinatrice à l'affut a néanmoins été un peu frustré. C'est une topographie assez plate, d'où ma grande déception de l'observatoire fermé. De plus, depuis les nombreux bancs installés le long des promenades, la vue était souvent bouchée par les hautes herbes et les orties.
Mais j'y ai tout de même vu des libellules, des papillons, des lapins, des hérons cendrés, des cygnes et un geai. C'est donc quand même une bonne pioche pour une parisienne !

lundi 25 juin 2018

Urban Sketchers Paris, c'est aussi des Drink & Draw!

[ par Urban Sketchers Paris à l'invitation de MatLet ]

[aquarelle de Marion Rivolier]

Jeudi 7 juin à partir de 19h, venez dessiner et boire des verres avec les Urban Sketchers Paris au Ground Control (81, rue du Charolais 75012 Paris) ! Quel que soit votre niveau, que vous connaissiez le groupe ou non, vous êtes les bienvenu.e.s !
C'est avec ce message que MatLet nous a tous conviés à ce premier Drink & Draw du printemps.
Ce qui est chouette avec les Drink & Draw, c'est que cela permet de se détendre après une dure journée de travail, on se retrouve pour une ou deux heures pour dessiner et boire un coup! Certains ne font que boire alors que d'autres croquent, c'est ça le partage!

Il faisait chaud, l'endroit était bondé mais nous avions nos carnets pour nous "reconnaître". Je pense que nous étions au moins vingt sketchers, certains venaient pour la première fois et ont découvert notre groupe dans une ambiance détendue.


J'ai commencé par commander une bière (!) puis je me suis installée sur le coin d'une palette, le dos calé sur un pot d'olivier. Tula est à ma droite, on discute des différents événements Usk qui se sont déroulés ces derniers temps : la rencontre Usk france à Aix, la rencontre à Tours avec les sketchers de Minneapolis. On réalise que l'on a rencontré un nombre incroyable de gens formidable depuis que l'on a rejoint Urban Sketchers! Je peints les personnages, les gens bougent tout le temps mais ce n'est pas grave, les uns remplacent les autres au fur et à mesure des mouvements... Marion


[dessin de Anne Weber]


Je suis arrivé au Ground Control un peu stressé après une journée de dessin intense et surtout un peu en retard, mon téléphone résonnant toute les dix secondes des messages des participants cherchant le point de ralliement dans cet immense espace.
Et puis une fois installé, la tension est retombée : les habitués d'Usk Paris discutent avec les petits nouveaux qui découvrent le groupe, le tout sous une belle lumière de fin de journée, propice aux croquis.

  [dessin de Gabrielle Cornuault]                                                               [dessin de Claire Archenault]

Le nombre de participants décline avec le jour, mais quelques irréductibles restent et quand on n'y voit vraiment plus assez pour croquer, on va se chercher des bières et de quoi manger pendant que l'on continue à deviser sur le dessin, nos inspirations, nos envies, nos techniques... En bref, un moment d'échange et de rencontres qui fait du bien, même si la prochaine fois il faudra que je sorte le nez de ma bière pour dessiner ! MatLet


    [dessins de Sylvain Cnudde]                                                                     [dessins de Cyrille SaiiSaii]


Merci aux anciens et aussi aux nouveaux qui nous ont permis de présenter leurs dessins!
A bientôt pour le prochain Drink & Draw!

jeudi 21 juin 2018

Dessiner à La Régulière

[ par Urban Sketchers Paris à l'invitation de Brigitte Lannaud Lévy ]



( Marion Rivolier)
"À la régulière: Qui respecte avec loyauté les conventions et les usages d'un groupe ou d'un milieu social". Voilà une expression qui convient plus que bien à l'esprit de notre groupe de dessinateurs urbains parisiens. Mais ce jour là en l'occurrence, dessiner à La régulière consistait à nous retrouver dans la toute nouvelle librairie imaginée par deux jeunes amies libraires: Julia Mahler et Alice Schneider. Un bien joli nom pour un lieu unique de La Goutte d'or à Paris.

"Ce qui est chouette avec le groupe Urban Sketchers Paris, c'est que l'on découvre des quartiers que l'on fréquente pas ou peu. Je passe souvent à vélo dans le 18ème arrondissement, mais je m'arrête rarement. A l'invitation de Brigitte Lannaud Levy, nous avons découvert une nouvelle librairie, la Régulière, 43, rue Myrha. Ouverte, lumineuse et colorée, cette librairie propose un grand choix de livres illustrés mais propose aussi du thé et du café (avec quelques cookies et autres cake faits maison), des expos et des ateliers créatifs autour des techniques du livre : marbrure, reliure ... On peut s'y installer pour lire, découvrir de nouveaux ouvrages ou simplement travailler sur son ordi.
Après avoir commandé un café et en avoir offert un autre pour quelqu'un qui ne peut se le payer (tradition napolitaine du "café suspendu"), je me suis attaquée à la vitrine sur rue, avec en arrière-plan, la mercerie générale et ses fils colorés." Marion


( Agnès S)
"La matinée était brumeuse en ce mardi matin mais l'accueil d'Alice et Morgane ainsi que l'ambiance cosy du lieu ont eu vite fait de nous réchauffer. Étagères et piles de livres, coin de lecture des enfants, comptoir, mobilier vintage du coin café/coworking, vue sur la vitrine de la mercerie de l'autre côté de la rue, le choix des sujets est vaste !
Installée pour un café, je profite de mon angle de vue pour croquer le comptoir et le présentoir à gâteaux, bien alléchant... puis je me glisse entre 2 rangées de livres et m'attaque au coin papeterie tout en profitant du cadre pour échanger de précieux conseils de lecture avec Hélène et Valie.. Et je me rends compte qu'au final, il n'y a pratiquement pas de livres dans ma page de croquis, une 2ème séance s'impose !" Agnès S


(Hélène Leblanc)


(Brigitte Lannaud Lévy)
"C’est très amusant ces variations de traits et de couleurs sur un même point de vue. Comme Agnès et Hélène , je me suis dans un premier temps laissée allécher par le comptoir des sucreries mais aussi par ces ravissants tableaux naïfs de coiffures africaines "OK Tresse" et le beau tissu de wax au mur. C’est vrai que ce quartier de la Goutte d’or est baptisé aussi la « Little Afrique » de la capitale. Mais il n’y pas que les friandises qui m’attirent. Tout comme Marion le chatoiement de toutes les couleurs des bobines de fil de Dia Amadou le commerçant en face de la librairie a tout de suite capté mon attention, tout comme le vélo de Julia, la libraire, qui repose sur la vitrine et que je décide de garder au premier plan". Brigitte


(Brigitte Lannaud Levy)
Au final nous sommes restées toute la journée, les yeux hors de la tête de tout ce qu’il y avait à croquer que ce soit en intérieur ou en extérieur dans ce coloré quartier de la Goutte d’or. Le patron de la cantine Vegan "Le Myrha" où nous avons déjeuné nous a même conviés à revenir croquer son restau quand nous le souhaiterions. Une nouvelle rencontre entre dessinateurs parisiens que nous ne manquerons pas d’organiser tant l’accueil aura été chaleureux, que ce soient celui des commerçants ou des habitants. Encore un grand merci à l’équipe de La librairie La Régulière pour cette journée haute en couleurs qui nous a mis bien hauts les cœurs.

dimanche 17 juin 2018

Rencontre nationale Urban Sketchers France à Aix en Provence

[ par Urban Sketchers Paris ]


[Le beffroi de l'hôtel de ville - dessin de Anne Weber]

C'est à l'invitation des sketchers d'Aix en Provence que se sont rendus en masse les sketchers de toute la France du 1er au 4 juin derniers pour la rencontre nationale Urban Sketchers France. Selon les organisateurs, ce sont plus de 350 croqueurs qui ont arpenté la ville!

[dessin de Oludotun Fashoyin]
Le week-end a commencé sous les meilleurs auspices par une distribution de goodies par le sponsor de l'événement, Hahnemühle. Tout le monde s'est ensuite dispersé pour aller croquer selon ses envies au gré des parcours proposés par les organisateurs.

[dessin de Annick Botrel]
Le nom Aix vient du latin aqua (eau) et la ville était une station thermale reconnue depuis l'Antiquité. Il en reste de nombreuses fontaines de toutes tailles que l'on croise au hasard des rues ou que l'on ne peut pas manquer comme celle de la Rotonde qui nous a servi de point de ralliement durant le week-end.

[dessin de Agnès Selles]
Aix en Provence c'est aussi des bâtiments en pierre jaune, des petites rues très animées mais surtout la ville natale de Cézanne!

[dessin de Marie-Christine Compan]
Ce fut un vrai plaisir de retrouver les anciennes connaissances et d'admirer leurs carnets mais aussi de rencontrer de nouveaux adeptes motivés.
Un grand merci aux organisateurs, c'était vraiment chouette!
Rendez-vous est pris pour l'an prochain à Dijon autour du 1er juin!

jeudi 14 juin 2018

C'était l'été du côté de Notre-Dame!

[ par Marie-Christine Compan ]




Le week-end du 26 et 27 mai, ce fut l'été à Paris pour deux jours. L'occasion enfin, de dessiner dehors après des mois de pluie. Depuis, la pluie est revenue...




Avec quelques Urban Sketchers de Paris, nous avons dessiné autour de Notre-Dame le dimanche, et aussi au Jardin des plantes le samedi. Foule des grands jours sur l'île de la Cité, touristes mangeant des glaces... Comme un air de grandes vacances.

dimanche 10 juin 2018

Je veux du Vert

[ Par Brigitte Lannaud Levy ]

   

Je n'ai jamais eu autant envie et besoin de vert que ce printemps.  Selon l'historien médiéviste Michel Pastoureau, plus qu'un pigment, une couleur est d'abord une idée. Le vert répond pour moi à un appel de liberté et comme la fréquentation des arbres est dit-on bénéfique pour la santé, cette plongée verte ne peut me faire que du bien. Alors aux premiers rayons de soleil et saisissant l'opportunité d'une rencontre USKParis,  c'est armée de ma boîte d'aquarelle de verts, que je suis allée au jardin du Luxembourg à l'ombre des feuillus de la très belle fontaine Médicis m'attaquer à toutes ces jolies nuances de vert. 


Mais pourquoi une boîte d'aquarelle de verts quand avec des bleus et des jaunes mélangés on peut  obtenir  ses propres nuances? Tout simplement parce que je  trouve que c'est une couleur très difficile à créer. En mélangeant moi-même les pigments  de jaune et de bleu c'est comme si les couleurs devenaient vite  grisées,  salies et faisaient perdre aux jardins leur éclat et  fraîcheur  printanière. J'ai appris, toujours par la lecture du passionnant Michel Pastoureau, que le vert est une couleur instable, rebelle et très difficile à fixer chimiquement. Pendant longtemps les teinturiers avaient même interdiction de mélanger le bleu et le jaune. Du coup  symboliquement elle est devenue la couleur des êtres étranges, insaisissables: sorcières, lutins, fées, génies... extra-terrestres même. Les fameux petits hommes verts.  


C'est un grand bonhomme vert de gris qui ressemble à Hulk que je décide de croquer d'un peu plus près. Polyphème est le cyclope légendaire de la fontaine Médicis. Amoureux de Galatée, déesse des eaux, il est accroupi sur son rocher et observe sa belle dans les bras d'un autre, le séduisant Acis. Pour ce croquis, je me concentre sur le molosse au coeur d'argile et c'est le nez en l'air que je saisis cette masse toute en muscle, baignée par les ombres des feuilles qui plongent  avec délicatesse depuis la cîme des arbres. 


Je finis ma journée du côté de l'Orangerie  sur le parcours des joggeurs  pour croquer avec quelques Urban sketchers parisiens le monument-hommage à Eugène Delacroix (1798-1863) de Jules Dalou. L'occasion pour vous rappeler l'éblouissante rétrospective du génie de la peinture romantique au Musée du Louvre jusqu'au 23 juillet 2018.  Enfin, pour en savoir plus sur le vert, je vous recommande l'ouvrage de Michel Pastoureau "Vert-Histoire d'une couleur" en Points poche, une lecture passionnante pour vos vacances quand vous vous mettrez au vert justement.