lundi 22 août 2016

Sketch it on Paris !

[ par Sophie Voisin, Annick Botrel, Tula Moraes et MatLet ]



Sketch it on Paris, c'était 4 jours de dessins dans les lieux iconiques de Paris, sous l'égide de trois instructeurs : Delphine Priollaud, Marion Rivolier et Norberto Dorantes.
27 élèves ont tenté l'aventure, dont 4 rédacteurs de ce blog : Sophie, Annick, Tula et Matlet.
Nous étions répartis en deux groupes pour chaque atelier et voilà un petit aperçu de nos travaux !

Avec Norberto, nous avons travaillé sur le cadrage, ou comment faire de petits dessins préparatoires pour bien repérer la scène que l'on veut croquer, son équilibre, ses principaux points d'intérêt...

Suivant les conseils de Norberto, Sophie exprime tout son sens du cadrage à BNF

Faire un croquis préparatoire a permis à MatLet de choisir d'encadrer les toits avec le feuillage des arbres
L'atelier de Marion portait sur la représentation de l'espace via le jeu des couleurs chaudes et froides, claires ou foncées. Trois heures trente de travail intensif aux buttes Chaumont pour un groupe et à la BNF pour l'autre !

Premier exercice : exprimer la profondeur de champ en associant des couleurs à chaque plan de l'image

Faire exploser les couleurs n'est absolument pas un problème pour Tula !
Delphine, quant à elle, nous a montré comment sortir de nos habitudes en commençant par poser les couleurs avant les lignes et en jouant avec leurs superpositions.

Le dessin d'Annick à la Mouzaïa, pour un résultat très pictural, où les blancs laissent le dessin respirer
La technique de Delphine permet à Sophie de croquer Beaubourg avec beaucoup d'énergie et de liberté
Entre les ateliers, nous nous sommes promenés un peu partout dans Paris, profitant des panoramas de la ville pour mettre en oeuvre (avec plus ou moins de succès !) les techniques apprises pendant les workshops.

30 minutes pour croquer Notre-Dame, le défi est relevé par Annick...


Et par Tula !


Au pied de la Tour Eiffel, Norberto nous donne 30 minutes pour un croquis avec un conseil particulier : ne pas faire confiance à notre cerveau mais à notre oeil ! De là où nous nous trouvons, la tour n'est pas élancée, ses dimensions s'inscrivent dans un carré !

La solution trouvée par MatLet pour ne pas déborder du carré : utiliser les limites de la page !

Nous passons par le pont des arts... Magnanimes, les instructeurs nous donnent cette fois-ci une heure.
Suivant les conseils de Marion, Annick utilise des couleurs froides (mais pas de noir !) pour donner de la profondeur à son superbe croquis.

Nous finissons là où nous avons commencé, à Beaubourg, mais tout en haut cette fois-ci, pour profiter de la vue pour un dernier croquis panoramique !


Après ces 4 jours de folie, certains chanceux enchaînent avec le symposium Urban Sketchers à Manchester... Quant aux autres, ils reprennent le boulot en attendant avec impatience les prochains workshops !

Les joyeux stagiaires posent à Beaubourg !

vendredi 19 août 2016

Un dimanche en août à Paris

[ par Agnès Selles ]



C'est au Comptoir Général, au bord du canal St Martin, que le groupe Paris Sketchers s'est retrouvé le dimanche 7 août au matin. Là, au milieu des objets, meubles, plantes et vieilleries exotiques en tout genre, pas de problème pour trouver un sujet à croquer. Ou bien juste la difficulté de devoir choisir...


En fin de matinée, nous avons quitté les espaces encombrés du Comptoir pour retrouver la tranquillité et le soleil au bord du canal, où touristes et parisiens commençaient tout juste à arriver.


Puis nous avons remonté le canal jusqu'au jardin Villemin. Là, c'était pique nique et séance bronzage pour des parisiens en mal de vacances.


Mais en fin d'après midi, lassés de la chaleur de la journée, c'est au bord du canal que nous sommes revenus chercher un peu de fraicheur.

mardi 16 août 2016

Incroyable Symposium USK à Manchester, UK !

[ par Marion Rivolier ]



J'ai eu la chance de participer au 7ème Symposium des Urban Sketchers à Manchester, UK du 27 au 30 juillet. J'ai donné trois workshops dans la pluie, le froid et le vent. Heureusement que j'étais partie en quête d'un plan B, à l'abri pour recevoir mon workshop "Paint like nobody's watching!".


Malgré la faible luminosité et le peu de constrastes, nous avons travaillé sur les couleurs chaudes et froides, sur les valeurs colorées et le décryptage et la compréhension d'un espace urbain.


Les participants ont été très attentifs et travailleurs; j'ai été ravie des résultats des ces trois workshops. Certains m'ont surprise par leur inventivité et leur coup de pinceau!


Merci à tous pour votre participation et (je l'espère) rendez-vous l'année prochaine à Chicago pour #uskchicago2017 !
Pour suivre tout ce qui s'est passé pendant le Symposium, c'est sur le blog USK!
Et n'oubliez pas le #uskmanchester2016 sur les réseaux sociaux!

vendredi 12 août 2016

Devinette urbaine

[ par Sophie Voisin ]


Dans cette rue du 20e arrondissement, il y a une belle porte rouge vif et une girafe qui joue les équilibristes.



Il y a un portail assez banal, derrière lequel se cache une allée bordée de maisonnettes (René Féret y a tourné une partie du film à qui il a donné le nom de cette rue).
Et deux plants de vignes de part et d’autre de l’entrée d’un théâtre où chaque année depuis 1932 des habitants du quartier et quelques professionnels jouent la Passion du Christ. Mais ça n’est pas l'unique programmation !



Il y a aussi une maison basse, au coin d’une rue pavée, qui résiste vaillamment aux pressions des investisseurs.



Enfin, il y avait un foyer de travailleurs maliens. Bien intégrée au quartier, cette petite communauté vivait dans un ancien LEP. Les portes étaient toujours grandes ouvertes sur la cour intérieure et tous les ans le maïs grillait sur des barbecues sommaires, régalant les passants, grands ou petits. Toute une ambiance… ça n’est plus qu’un large trou où s’affairent des engins de chantier parfois assez impressionnants.

lundi 8 août 2016

Jazz dans la bocage

[ par MatLet ]

 

Ilhan Ersahin's Istanbul Sessions, une sacrée énergie !
J'ai été invité par le festival Jazz dans le Bocage à sketcher pendant deux jours, dans les coulisses de l'événement.
Installé sur la scène, à l'abri du regard du public, mais à quelques centimètres des musiciens, j'ai pu les croquer pendant leurs performances respectives.

Grégory Privat se contorsionne sur son siège pendant qu'il joue et semble se noyer dans son piano !

Sonny Troupé harangue le public
Pendant que je dessine, je ressens la musique d'une manière totalement différente d'un concert habituel. L'énergie des musiciens alimente mon pinceau et le rythme auquel je peins. Et puis parfois, cette énergie est tellement puissante qu'elle m'interrompt, et je n'ai d'autre choix que de les regarder performer, oubliant mon croquis, fasciné.

Erik Truffaz

Le batteur et le guitariste de Erik Truffaz mettent le feu à mon croquis !

La violoniste et chanteuse Yilian Cañizares nous fait vibrer au rythme de Cuba... 
A la fin de chaque concert, je vais voir, un peu timide, les artistes pour leur montrer le résultat. Leur accueil est hyper chaleureux et positif, certains prennent tout le suite les croquis en photo pour les partager sur les réseaux sociaux !

... tandis que son percussionniste entre en transe !
Derrière cet événement artistique, je découvre toute une ruche de travailleurs : ils sont 70 bénévoles, à la régie, aux caisses, à la buvette mais aussi aux cuisines qui travaillent jour et nuit pour faire tourner le festival ! Ils m'acceptent rapidement comme un des leurs et s'attardent régulièrement sur mon carnet qui se remplit au fil des concerts... avant de repartir en courant vers leur poste de travail !
Bref, des concerts incroyables, une équipe génial, une expérience de sketching inédite pour moi... j'ai déjà mes billets pour l'année prochaine !
Les volontaires au boulot