jeudi 17 janvier 2019

Dwa à la rencontre des Urban Sketchers parisiens, partie 1

[ Guest post par Dwa, artiste malgache en résidence pour trois mois à Paris ]




Je suis Dwa, dessinateur malgache. A Madagascar, avec mes obligations professionnelles et familiales, je ne peux pas toujours programmer mes séances de sketching, alors très souvent je dessine seul. L’automne dernier, j’étais en résidence de trois mois à Paris. Dégagé de certaines obligations, j’ai alors ressenti le besoin de partager le plaisir du dessin in situ avec d’autres personnes qui aiment également cette discipline, et c’est tout naturellement que je me suis mis tourné vers les Urban Sketchers de Paris. 

29 septembre 2018, à l'hôtel des Soubise
Ma première séance. J’étais à l’heure, et un peu nerveux, comme un enfant lors de son premier jour dans sa nouvelle école se demandant s’il allait s’intégrer. Quelques sketchers étaient déjà en action à mon arrivée. Je me suis mis discrètement dans un coin ombré, j’ai sorti mon carnet fait main et j’ai dessiné, sans pression, autour de ces autres dessinateurs.
Comme j’aime bien dessiner les bâtiments en général, là j’étais servi. J’ai exécuté rapidement mon premier dessin, puis j’ai fait un tour en regardant que qu’ont fait les autres. C’était très intéressant de voir comment chaque sketcher a interprété à sa manière la vue qui nous a été offerte, très intéressant de voir quels outil ils ont utilisé. Plus tard, j’ai vu un homme assis tranquillement sur un banc, plongé dans son livre. Il était tellement absorbé par sa lecture qu’il n’a pas remarqué que je l’avais dessiné.



Puis j’ai échangé avec les autres dessinateurs notamment Marion Rivolier (la voir à l’œuvre a été très instructif), Mat Let (que je suivais sur les réseaux sociaux et que j’ai reconnu grâce à ses dessins) puis plus tard, lors du Drink and Draw, Agnès (les carnets d’Agnès) qui allait jouer un rôle déterminant pour la suite.



20 octobre 2018, Musée Rodin à Meudon.
Il m’a fallu une heure pour y arriver, mais l’endroit en valait le déplacement, c’était splendide. 
Il faisait particulièrement beau ce jour-là, il y avait une belle lumière. On m’a pourtant prévenu qu’à cette période l’année, il allait faire froid et gris, il faut croire que la chance jouait en notre faveur (la chance ou le réchauffement climatique).
J’ai eu du mal à choisir un sujet, toutes les sculptures de Rodin étaient magnifiques et j’avais envie de les dessiner toutes. Alors j’ai dessiné « Le penseur », oui je sais, c’était un peu cliché.
Mais ce qui m’a le plus marqué ce jour-là, c’était le nombre de dessinateurs qui ont répondu présents, une soixantaine, c’était fou. Il y avait une ambiance festive, cela m’avait fait l’effet d’une grosse réunion annuelle de famille. Et j’ai commencé à me familiariser avec certains. C’était aussi lors de ce sketchcrawl que j’ai vu en vrai Sylvain Cnudde, un dessinateur de concert de rock que je suis depuis un certain temps sur les réseaux sociaux. 



27 octobre 2018, Barbès.
Agnès a organisé une séance de sketching dans le quartier pour l'après-midi.
J’ai déjà eu l’occasion de faire une visite express de Barbès avant, et j’ai toujours voulu dessiner le Louxor ou encore le métro aérien. Ce jour-là, je me suis trouvé un bon endroit pour avoir les deux dans mon champ de vision. C’était un régal, mais comme il commençait à faire froid, j’avais les doigts toutes fripées à la fin du dessin.

A suivre ...

lundi 14 janvier 2019

Dessinons ensemble la Nuit de la lecture à la bibliothèque Forney le samedi 19 janvier à 19h30

[ par Urban Sketchers Paris ]



La Bibliothèque Forney invite les Urban Sketchers Paris à venir dessiner la Nuit de la Lecture, le samedi 19 janvier de 19h30 à 22h30.
Nous pourrons dessiner le bâtiment mais aussi les interventions des artistes et lecteurs qui animeront cette nuit:
- 19h30-20h10 Lectures pour petits et grands
« Mes tableaux à histoire » : lectures à haute voix et d’un extrait de Un monde à portée de main de Maylis de Kérangal par les bibliothécaires.

- 20h30-21h20 Sur le fil des mots : performance participative de la Compagnie Le Monde Devant, avec Tinuviele Parmentier, danseuse et Henri de la Taille, musicien
Performance participative itinérante de 50 mn : au cœur de la bibliothèque, une danseuse et un contrebassiste immobiles attendent que les spectateurs les animent par la lecture de citations qu'ils auront découvert dans un arbre à mots.

- 19h45, 20h45 et 21h45 On lit ou on regarde un dessin ? : performance par l’association les Traces habiles
S’aventurer dans les coulisses de la création à l’occasion d’une lecture déambulatoire de textes collectés auprès de 170 créateurs sur leur pratique du dessin.. En alternant lectures et intervention artistique, la soirée restitue les multiples enjeux du dessin/dessein dans le processus créatif.
L’association Les Traces Habiles est un observatoire des pratiques contemporaines du dessin. Elle repère, conserve, expose et publie depuis 2011 les témoignages et les traces graphiques de créateurs d’horizons multiples.
Production : Les Traces Habiles - Lecture : Jean-Edouard Bodziak, Franck Mas, Anne Seiller - Captation dessinée : Olivier Marty
Conception, partition textuelle : Claire Combeau
Paroles et textes des auteurs-associés des Traces Habiles

- 21h30-22h Écrits d’artistes Lectures
Des extraits d'écrits de Geneviève ASSE, Vassily KANDINSKY et Kazimir MALEVITCH seront lus par Véronique PEREZ, Marie IRACANE et Gisèle GRAMMARE du groupe de doctorants en Arts plastiques et Sciences de l'art de Paris I Panthéon-Sorbonne .

- 22h-22h30 Quizz

Donc rendez-vous pour dessiner ensemble, le samedi 19 janvier à 19H30 à la bibliothèque Forney, 1 rue du Figuier 75004 Paris.
Soyons nombreux!

jeudi 10 janvier 2019

Mon beau sapin....

[ par Annick Botrel ]



Je déteste les fêtes et la fièvre acheteuse qui va avec... sauf les sapins. Il deviennent les stars de la saison. Chaque marque, magasin, place ou marché de Noël rivalise de créativité et de somptuosité. C'est au fond la fête à la paillette et le triomphe du cône dans tous ses états pour mieux supporter les jours gris et courts. Il y en a pour tous les goûts : naturels ou fabriqués, sobres ou clinquants, gigantesques ou minuscules, etc mais tous brillent de mille feux. Ce qui n'est pas simple à traduire en dessin.
Celui des Galeries Lafayette est un véritable monument sous la verrière colorée. Magique ! Comment traduire ces éclats de lumière multicolores ? Après une rapide ébauche pour mettre en place le sapin, et surtout la structure de la voûte, j'ai commencé à mettre la couleur. Finalement, j'ai abandonné l'idée de départ de préciser au feutre les éléments. Pas nécessaire. Ici la couleur structure l'espace.


Celui du parvis de Notre-Dame est majestueux mais beaucoup plus sobre et classique. Ici pas d'ostentation sur un emplacement religieux. Et pas vraiment eu envie de m'attarder dans le froid. Donc croquis rapide.


Ceux du Bon Marché m'ont enchanté mais posé beaucoup de souci d'un point de vue valeurs. L'idée de transformer ces cônes verts en parapluies à l'envers est du plus bel effet. La blancheur de l'ensemble était le meilleur atout pour mettre en avant les sapins très sombres. Mais cette blancheur ambiante était difficile à transcrire. La structure des escalators ne pouvait se dessiner clairement que sur des espaces plus sombres.


Enfin, à Boulogne-Billancourt, le traditionnel sapin de Noël trône au milieu de la Place Marcel-Sembat. Il semble régir, comme un agent de la circulation, le flot incessant de voitures. Ce n'est pas un séquoia mais sa hauteur est impressionnante. En fait, c'est un mât, sur lequel sont accrochées des plateformes cylindriques en diamètre dégressif. Ces plateformes accueillent une trentaine de sapins de taille normale jusqu'au sommet. Serrés les uns contre les autres, ils ne font qu'une masse d'où cet effet de taille XXL.
Et pour l'anecdote, mais sans dessin, je suis passée avenue Montaigne, pour moi la plus belle avenue de Paris, loin devant les Champs Elysées. Dior a habillé sa devanture d'une incroyable sapin tout blanc composé d'une vingtaine d'animaux sauvages enchâssés dans des guirlandes et feuilles de papier. Le tout pesant 750 kg et ayant nécessité 7 jours de montage ! Somptueux, incontournable et impossible pour moi à dessiner. Qui veut relever le challenge ? L'éclairage de l'avenue est tout aussi aussi magique. Les arbres, sans feuilles, habillés de multitudes de leds, ressemblent à une forêt de Prunus en fleurs. Finalement, les sapins m'aident à passer les fêtes !

En attendant de vous revoir, je souhaite à tous les sketchers parisiens et du monde entier une très belle année 2019.

jeudi 3 janvier 2019

SketchSwap Paris-Barcelone : le tirage au sort

[par Urban Sketchers Paris à l'invitation de Sophie Voisin et Mélanie Ménard King]



Dessin de MatLet

Ce samedi 15 décembre, c’était le grand jour du tirage du SketchSwap, l'échange de dessins entre Paris et Barcelone. Après une après-midi à croquer sous la grande nef du Cent Quatre c’est au Grand Café que nous nous sommes retrouvés pour découvrir quel dessin allait être attribué à chacun.



Certes, les 55 participants n’ont pas pu tous être présents. Il y avait les virus de l’hiver, un tiers des stations de métro fermées, une météo peu clémente, et les obligations personnelles des uns et des autres. Malgré cela, nous étions tout de même une trentaine à assister à l’événement.


Dessin Annick Botrel

L’éclairage du café étant un peu minimaliste, MatLet et Annick se sont mis à l’œuvre pour croquer notre tablée. Chacun tirait un numéro, le dépliait - parfois fébrilement - avant de découvrir quel dessin portait ce numéro.
Nous avons ensuite tiré des numéros pour nos camarades absents. Les dessins leur seront remis lors des prochaines rencontres Urban Sketchers Paris au mois de janvier.


Quelques-uns des dessins envoyé par les sketcheurs barcelonais

Tout le monde a été impressionné par la qualité des œuvres envoyées par nos amis barcelonais. Nous espérons bien sûr qu’ils seront aussi satisfaits de notre production.
L’ensemble des 110 dessins est visible en ligne en cliquant sur ce lien

N’hésitez pas à regarder, à partager. Et à postuler pour le prochain échange !



Et un grand merci aux organisatrices parisiennes, Mélanie et Sophie et aux organisateurs barcelonnais!

jeudi 27 décembre 2018

Peindre l'espace à grands coups de pinceaux!


Plonger dans la peinture, dans le geste, le mouvement, les circulations, c’est fantastique. Et ceci dans un lieu assez extraordinaire, le Collège des Bernardins, cette grande nef aux arches et croisées d’ogives dont la répétition emmène vers l’infini. On est pris dans une sorte de tourbillon grâce à l’architecture et la peinture.
Cette œuvre monumentale, "l’écho de la naissance des mondes", est celle de l’artiste Abdelkader Benchamma qui dessine dans l’espace pour le modifier, le transformer, donner de l’écho et le rendre insaisissable ! Lauréat du prix Occitanie-Médicis, il séjourne à la Villa Médicis jusqu'à mi-janvier.
Je suis sûre que l'on découvrira d'autres oeuvres de cet artiste dans les mois à venir.


Le Cube est une oeuvre de Scott Oster, mythique skate-boarder de Los Angeles. Je savais qu’il y aurait un ou plusieurs skaters le samedi après-midi au Bon Marché Rive Gauche, rue de Sèvres à Paris.
L’installation est impressionnante: un grand cube recouvert de miroirs avec une piste complète de skate. Grâce au revêtement réfléchissant, on a l'impression que ce cube est suspendu dans l'espace.
Le cercle central crée un cadre pour les escalators, il donne à voir le "va-et-vient" incessant des acheteurs dans le grand magasin.
On se perd ente le réel et le reflet dans les façades. C’est fascinant.
Et lorsque le skater se met à faire des figures, cela devient magique!


C'est une expo "Pop-Up", elle s'installe quatre jours, sur le parvis de l'Hôtel de Ville de Paris: avec un grand barnum, beaucoup de Furoshiki et un décor envoûtant et hop, elle disparaît!
Je ne voulais pas la manquer et je n'ai pas été déçue, on y découvrait l'art d'emballer les objets, le Furoshiki, à la fois un art et une attitude, emballer avec un tissu plutôt qu'avec du plastique. C'est emballant, non?

Toutes ces expositions sont terminées aujourd'hui mais n'est-ce pas fantastique d'en garder la trace, les émotions et impressions à grands coups de pinceaux et couleurs éclatantes?

[aquarelles 21x60cm sur carnet aquarelle Hahnemühle ]