mercredi 22 juin 2016

Bordeaux une rencontre nationale au Top

[ par Martine Kervagoret ]




Cette année notre rencontre nationale USK France était à Bordeaux. Nous étions plus de 200 à braver les grèves et les inondations pour nous retrouver.... pas question de manquer ça!.
Mon train étant annulé je suis partie aux aurores un jour avant pour découvrir à mon rythme cette ville. A peine arrivée dans cette petite rue de Sainte Colombe (ci-dessus) je découvre Corinne et Chris, 2 copines belges, en train de dessiner..et c'est parti pour 5 jours de croquis ;).


La super équipe de Bordeaux nous avait concocté des trajets sympathiques mais difficile de nous faire avancer,..nous avions envie de tout dessiner. Ci-dessus la grosse cloche et la porte Cailhau, monuments édifiés au moyen âge. Très importante la grosse cloche , c'était mon point de repère pour retrouver mon appartement..hé oui je n'ai pas trop de le sens d'orientation!


Le dimanche matin nous nous somme tous retrouvés devant cette magnifique abbatiale Sainte Croix. Mais pourquoi je me lance dans des dessins si compliqués ?!!?


Place de la comédie une magnifique statue de Jaume Plensa trône . J'aime beaucoup cet artiste espagnol, quelques années auparavant j'avais également dessiné une de ses têtes monumentales à New York.


Et bien sûr un dessin du Pont de Pierre qui franchit la Garonne..


Et voilà la photo de famille!
Ces quelques jours ce sont de belles rencontres, des fous rires mémorables, des feuilletages de carnets.... plein de bons souvenirs ... juste l'envie de recommencer...
Un grand merci à l'équipe bordelaise qui nous a concocté de si bons moments.
Si vous voulez voir tous les dessins,  ils sont sur flickr USK Bordeaux ici

dimanche 19 juin 2016

From splashes to lines ! Repérage...


[ Par Delphine Priollaud-Stoclet ]



Norberto Dorantes, Marion Rivolier et moi-même sommes ravis du succès rencontré par l'annonce du Workshop qui se déroulera à paris du 20 au 23 juillet à Paris. Il affiche même complet, et nous travaillons activement pour permettre aux 27 stagiaires de vivre une belle expérience humaine et graphique.
Malgré le mauvais temps de ce dimanche, j'ai décidé de tester in situ mon atelier, From splashes to lines (des éclaboussures aux lignes).
Installée à la terrasse du café Beaubourg, je ne me lasse pas de ce point de vue latéral sur la façade du Centre Georges Pompidou.


Tout l'art consiste à ne pas se laisser impressionner par le sujet et à changer des habitudes fermement ancrées. Pourquoi ne pas commencer par poser des tâches de couleur, juste comme une sensation, sans chercher à faire joli ou à dessiner une forme exacte ?


Ça ne ressemble pas à grand chose, direz-vous ? Hé oui ! Voici le point de départ d'un croquis qui ne se prend pas la tête... Je m'amuse à fixer les teintes, j'apprivoise l'espace avec un peu d'eau colorée. Nous verrons bien où ça nous mène.


Tiens, voilà que la ligne s'invite : il n'y a qu'à s'appuyer sur la couleur en structurant éclaboussures et lavis par un trait qui suit en rythme le mouvement du sujet. C'est tout simple et très amusant. Et puis quel plaisir (un brin transgressif) de constater que débordements et coulures, approximations et décalages font partie de l'aventure en la rendant bien plus vivante !


Je reviens à l'aquarelle pour insister sur les contrastes et donner plus de peps à mon croquis. Lignes et couleurs dialoguent vraiment, juste le temps d'un café émaillé de quelques gouttes de pluie.
En 25 minutes, j'ai rencontré une petite fille subjuguée par ma palette de couleurs qui m'a raconté toute l'histoire de la sorcière Cra-Cra au lieu d'aller goûter avec son papa, une Suédoise et une Danoise marrantes, une touriste américaine qui m'a mitraillée en douce. Dessiner, c'est aussi s'ouvrir au monde.
Dans un tout autre registre, j'expliquerai également à Montmartre l'art de dessiner en en faisant le moins possible... Mais on ne va pas tout dévoiler non plus !

jeudi 16 juin 2016

Grandiose Monumenta 2016 au Grand Palais !

[ par Marion Rivolier ]

 

[ aquarelle, 21x60cm sur carnet Moleskine aquarelle ]
 
Tous les deux ans maintenant, j'attends l'ouverture de la Monumenta au Grand Palais avec impatience et curiosité. Je les ai toutes vues. C'est à chaque fois un plaisir de découvrir comment l'artiste invité s'est emparé de cet espace gigantesque et indomptable.
Cette année, l'artiste franco-chinois Huang Yong Ping a frappé un grand coup; en plusieurs strates de sens et de sensations. Je dois l'avouer, je ne connaissais pas son travail, j'y suis donc allée sans aucun préjugé ni attente ciblée...

[ aquarelles, 32x24cm sur papier aquarelle ]

Je n'ai pas été séduite au premier abord, je trouvais l'installation des containers oppressante, avec peu de vide permettant de laisser respirer l'espace. Je n'étais pas non plus convaincue par le bicorne de Napoléon...
C'est en marchant, traversant, arpentant l'installation que peu à peu, je me suis laissée embarquer dans le récit complexe de Huang Yong Ping. J'ai suivi le squelette de serpent dans tous ses méandres créant des vues et des sensations fortes. Les containers sont voilés par l'assemblage des os et structures métalliques porteuses. Le squelette joue avec les structures du Grand Palais.
L'incroyable lumière mouvante modifie la perception de l'oeuvre. Il n'y a pas d'éclairage artificiel ce qui implique une oeuvre qui se transforme au fur et à mesure de la journée et du temps qu'il fait.
Une expérience à vivre, ne tardez pas, c'est ouvert jusqu'au 18 juin!

lundi 13 juin 2016

Petit détour à Montmartre !

[ par Tula Moraes ]


Les touristes font partie des toutes les rues de Montmartre... la foule, les guides touristiques remplissent le décor. Malgré l'énorme affluence des touristes, Montmartre garde son charme, c'est un quartier chargé d`histoire, d'art et de poésie.
Un quartier que bouge, il y a de la vie partout... J'adore!!!!
Croiser l'homme en bleu; c'est être en face du fameux M. Michou du mythique cabaret homonyme, souriant, décontracté et d'une incroyable proximité, il prend la pose et m'a fait oublier la foule au tour, son brushing impeccable, petite coupette de champagne à la main...

Une escapade s'impose pour se réchauffer le coeur et l'esprit.... pour finir en beauté un tour rapide au Bistropical Gloria, pour admirer ses carreaux au sol colorés, le temps d'un apéro ou d'un gâteau ... C'est comme si on était au Brésil, au menu caipirinha aux fuits et pães de queijo (pain au fromage - spécialité brésilienne) ou juste un bon thé et un gâteau fait maison pour les plus sages!

vendredi 10 juin 2016

En juin, c'est de l'eau, de l'eau !

[ par Agnès Selles ]

 


Le week-end du 4 juin, pour ceux qui comme moi n'avaient pas pu se rendre à Bordeaux pour la rencontre nationale, il y avait en Ile de France un sujet de choix à dessiner : la crue de la Seine.
C'est tout près de chez moi que j'ai commencé, par ces containers déjà rejoints par l'eau envahissant quais et parkings.


Étrange spectacle : les arbres, qui semblaient avoir rétréci pendant la nuit, persistaient à vouloir marquer la bordure du quai, les poteaux portaient des noms de rues qui n'existaient plus, les planches en équilibre sur des parpaings donnaient au quartier un air de cité lacustre.
De partout affluaient les curieux, partageant avec des inconnus leur stupeur et leur fascination.


Malgré grèves et inondations, j'ai pu prendre le RER jusqu'à Paris Austerlitz. Là aussi les arbres trempaient leur pied dans un eau brunâtre qui disparaissait sous des ponts abaissés.


Je me suis rendue Pont de l'Alma pensant dessiner le zouave. Mais il était entouré d'une telle foule d'admirateurs que j'ai à peine pu l'approcher. Je me suis rabattue sur l'embarcadère des Bateaux-Mouches où des pompiers s'affairaient près des passerelles.
Sur le Cours Albert 1er, les cars de tourisme improvisaient une nouvelle halte pour permettre à leurs clients de découvrir "Paris sous l'eau".