mardi 4 septembre 2012

Album-souvenir de l'été


Cet été j'ai pas mal voyagé, et j'ai essayé de garder un souvenir de chaque endroit où je suis passé. J'ai commencé avec le Festival de Salzbourg où j'ai eu la chance de participer à trois concerts. Chaque matin, le soleil entrait dans ma chambre d'hôtel et la vue était magnifique. J'ai donc pris mon bloc de papier et j'ai dessiné cette falaise et ces maisons en dessous.

J'ai utilisé deux techniques (aquarelle uniquement pour la nature, avec de l'encre en plus pour les maisons), cela m'a permis de rendre un peu l'effet de contre-jour, car le ciel était très clair, mais les maisons plongées dans l'ombre. Le blanc dans les arbres est obtenu grâce à la gomme de réserve.

A la suite de quoi je me suis rendu à Marseille pour le début de mes vacances. La maison que nous avons louée offrait une vue de carte postale sur Notre-Dame de la Garde.

J'ai donc pris mon bloc et me suis assis à l'ombre de la maison pour dessiner la fameuse église et les maisons au toits de tuile sous le soleil méditerranéen.

J'adore les pins, et j'espère que j'ai rendu un peu le côté sec et épineux de ces arbres dont j'aime beaucoup le parfum et qui sont la demeure préférée des cigales.

Un peu plus tard, je me suis rendu dans les Pyrénées, plus précisément en Ariège, où j'ai découvert des paysages de moyenne montagne vraiment sublimes.

Ce jour-là, j'avais été invité à prendre le petit déjeuner par une voisine anglaise dont le mari nous a fait des pancakes. Délicieux ! J'ai découvert alors la superbe vue de leur jardin, et je leur ai demandé si je pouvais venir dessiner ce panorama...


J'ai décidé de ne pas utiliser de support au crayon et j'ai entamé directement le dessin à l'aquarelle, comme pour la falaise de Salzbourg. J'ai beaucoup aimé ça ! Le soleil du matin faisait flamboyer la montagne, c'était splendide.

La veille, j'étais parti en ballade en remontant le ruisseau du Salat vers ses neuf sources, et je me suis arrêté au pied d'une des cascades, la cascade de Léziou. Il faisait assez frais ce matin-là, le soleil n'avait pas encore franchi les sommets.

J'ai eu envie de rendre dans ce dessin la vigueur de l'eau qui coule ainsi que la végétation à travers laquelle elle se fraie un chemin...

J'ai utilisé de la gomme de réserve pour la chute d'eau. J'ai bien aimé car l'aspect liquide de la gomme et sa couleur bleue étaient tout à fait adaptés pour rendre le chemin de l'eau...

J'ai fait ce dessin directement à l'aquarelle, je n'ai pas eu envie d'utiliser de crayon avant, en raison de l'aspect fluide de tout le paysage, je me suis laissé porté par l'inspiration.

Quelques jours plus tard, je suis parti rendre visite à mon père dans le Var. Je retrouvais alors le climat très chaud et sec du sud et les champs d'oliviers.

Par bonheur, il y a devant la maison une tonnelle de mûriers-platanes qui dispensent une ombre bienfaisante sur la terrasse. La chatte ne s'y trompe pas et choisit souvent la grande table en tek pour se reposer.


Le défi pour moi dans ce dessin était de réussir à bien rendre la lumière et les ombres, ainsi toute cette végétation très diverse avec ses nombreux tons de vert : mûriers, mais aussi bordures de lauriers, quelques rosiers, des oliviers à l'arrière-plan gauche et tout au fond les collines boisées du Var.

Chouquette s'est invitée dans le dessin alors que je l'avais déjà commencé, mais je n'avais pas encore mis de couleur pour la table... Heureusement car je trouve que sa présence rend le tableau plus vivant, et donne bien la mesure de la langueur de ces journées estivales. Elle n'est pas restée longtemps, mais j'ai quand même eu quelques secondes pour la croquer...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire