jeudi 9 mars 2017

Le Mac Val, ce n’est pas le bout du monde

[ par Brigitte Lannaud Levy ]



Premier Musée d’Art contemporain de la banlieue parisienne ouvert en 2005 à Vitry-sur-Seine, le Mac Val mérite vraiment le détour. Passez de l’autre côté du périphérique, à moins de 10Km de Paris au bout le la ligne 7 du métro parisien, direction Villejuif, prenez le bus 180. Trois arrêts plus tard, vous êtes arrivés. Bonne visite.


La très belle collection permanente accueille un millier d’œuvres des années 50 à nos jours et expose des artistes comme Annette Messager, Agnès Varda en passant par Pierre Soulages, Claude Lévêque... Je reste en arrêt devant « Les regards » de l’artiste de la mémoire, plasticien du temps Christian Boltanski. Cette installation est composée de treize visages cadrés serrés sur les yeux et photographiés sur un écran TV diffusant le film « Shoah » de Claude Lanzemann. Je suis bouleversée par le souvenir de ces disparus dont les regards tragiques me percent et me transpercent à l’instant même où je les dessine. Comme s'ils avaient traversé le temps.


Autre choc, entre vie et mort, l’exposition rétrospective de Jean-Luc Verna « - Vous n’êtes pas beaucoup maquillé ?- Non ». Pour comprendre cet énigmatique titre, je vous invite à aller découvrir les photos de l’artiste sur le net. Son visage et son corps sont des oeuvres d’art à part entière. Pour pénétrer dans l'espace d'exposition, on ouvre de longs rideaux de velours noir et on pénètre dans une mystérieuse pénombre noir pailletée au coeur d'un espace envoutant entre ombres et lumières.. Sensations garanties.


C’est la première monographie dans un Musée français de cet artiste-plasticien-performeur-musicien niçois. Entre ses collections d'oiseaux dessinés avec délicatesse et colorés de fards, ses majestueuses installations lumineuses « Paramour » (qui détournent le logo de la Paramount) et ses créations morbides mais poétiques, c'est tout son univers singulier d'Eros et de Tanathos qui s'offre à nous. Pas facile de peindre à main levée et dans l'obscurité ses monumentales installations sphériques, le noir de l'encre s'oppose à l'ombre...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire