jeudi 19 novembre 2015

Dans les coulisses d'un prix littéraire


Reine de la place Clichy: le Wepler est depuis sa création en 1910 le haut- lieu de la vie culturelle de Montmartre. Prévert, Vian, Verlaine, Mallarmé, Miller, Bonnard et bien d'autres artistes encore y avaient leurs habitudes.
Depuis 1998, à l'initiative de Marie -Rose Guarniéri de la Librairie des Abbesses qui se trouve à deux pas, la brasserie Wepler est l'écrin du très sélect prix littéraire Wepler-Fondation La Poste qui honore le roman d'un auteur inclassable dont l'audace de la langue et l'inventivité romanesque sont particulièrement remarquables.


Pour préserver l'indépendance du Prix, le jury est tournant. Cette année j'ai eu la chance et l'honneur d'en faire partie. Pendant 6 mois, nous nous sommes réunis régulièrement au premier étage de la brasserie dans le bureau de son directeur Michel Bessière, transformé pour l'occasion en salle de délibérations. Confidentialité des débats oblige.


Pour rejoindre cette salle où les échanges étaient passionnés, nous empruntions un petit escalier derrière les cuisines et découvrions alors les vestiges du temps passé comme ces vieilles caisses enregistreuses.


En couronnant sous les lustres art-déco de la grande salle du Wepler, le roman de Pierre Senges  "Achab (séquelles)" (Editions Verticales) , le jury a comme mis de la baleine au menu. En effet, ce livre raconte la "suite fantasmée" des aventures du célèbre capitaine de Mobydick. La toute jeune Lise Charles a par ailleurs été honorée de la Mention spéciale du jury pour "Comme Ulysse" (Editions P.O.L)  
Je passe mon crayon et mes pinceaux à Annick et Marion, qui dans un prochain post vous raconteront en dessins, la folle soirée de remise de prix.  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire