lundi 18 décembre 2017

Le jardin des plantes, inépuisable source d'inspiration

[ par Anne Weber ]


Pour changer de la grisaille parisienne, c'est vers le Jardin des Plantes, et plus particulièrement les serres que mes pinceaux m'ont guidée. Pour cette séance, il s'agissait de travailler les verts et le fouillis végétal.
Une fois débarrassée de la buée sur mes lunettes (et oui, l'autre avantage des serres tropicales c'est qu'on oublie également les températures extérieures), je me suis rendu compte que le sujet était vraiment ardu : comment rendre compte de tous ses végétaux sans rendre mon dessin illisible ? J'ai finalement choisi de ne mettre en couleurs que le palmier au premier plan et de ne tracer le contours que de quelques autres feuilles.


Après ce croquis, je décide de changer d'ambiance en continuant de dessiner à l'intérieur de la Grande Galerie de l'Evolution. En cette fin d'après-midi, l'ambiance est bien calme et je m'installe au 3ème niveau juste à côté de cette jolie girafe qui regarde d'un air étonné les autres animaux du haut de son balcon. Cette fois-ci, le défi est de faire une mise en couleur tout en cachant mes pinceaux puisque l'aquarelle est proscrite sur les parquets du Museum : pas simple non plus !


Toujours au troisième niveau, je tire ensuite le portrait d'un rhinocéros bien différent de ceux que nous connaissons avec ses petites oreilles et ses bourrelets de peau autour de la tête. C'est également  une véritable antiquité puisqu'il faisait partie de la ménagerie de Versailles au temps de Louis XV !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire